Top

Année 1916

  • 1916, l’année de Verdun : La guerre des tranchées

À peine conclus, les accords de Chantilly sont soumis à rude épreuve. Refusant en effet de s’engager plus loin dans le problème russe, Falkenhayn se décide, pour atteindre l’ennemi numéro un qu’est pour lui la Grande-Bretagne, à détruire l’armée française – son « épée » sur le continent – par épuisement de ses effectifs. Dans ce dessein, il déclenchera avec le maximum de violence et aussi longtemps que nécessaire une offensive sur un point, en l’occurrence Verdun, que les Français seront psychologiquement obligés de défendre.

Cette stratégie inédite sera complétée par une relance de la guerre sous-marine sans restriction, expérimentée avec succès en 1915. L’amirauté estime maintenant possible de couler en 6 mois le tiers du tonnage marchand indispensable au ravitaillement de la Grande-Bretagne. Guillaume II et Bethmann-Hollweg hésitent pourtant à se lancer dans cette aventure, ce qui provoquera le 6 mars la démission tapageuse de l’amiral Tirpitz, chef de l’amirauté de Berlin.

  • Verdun, la Somme et l’offensive Broussilov

Le 21 février éclate, comme un coup de tonnerre, l’offensive allemande sur Verdun. Après avoir bousculé les défenses françaises de la rive droite puis de la rive gauche de la Meuse, la marée allemande est bloquée en juillet sur les pentes de Souville avant d’être refoulée par les soldats de Pétain, de Nivelle et de Mangin au cours des deux batailles du 24 octobre et du 15 décembre. Toutefois, si l’armée française s’y use considérablement, l’échec de la stratégie allemande est patent puisque, « malgré Verdun », Joffre et Haig déclenchent, le 1er juillet, l’offensive prévue sur la Somme. Menée par 26 divisions anglaises et 14 françaises, l’attaque alliée, entretenue durant quatre mois, portera un coup très rude au front allemand dans la région de Péronne et obligera l’adversaire à diminuer la pression sur Verdun. Pour autant, au-delà des succès initiaux de juillet, l’engagement sur la Somme s’est transformé en boucherie, s’est essoufflé dès le 14 juillet et a tourné court en novembre (→ batailles de la Somme, bataille de Verdun).

À l’est, depuis le 4 juin, le front s’est remis en mouvement : quatre armées russes, conduites par Broussilov, ont enfoncé les lignes autrichiennes en Volhynie et capturé 500 000 hommes. Les Russes menacent maintenant la frontière hongroise, et les Allemands sont contraints de l’étayer pour prévenir l’effondrement du front austro-hongrois.

  • Intervention roumaine et crise allemande

Au moment où le général Franz Conrad von Hötzendorf, chef de l’état-major autrichien, appelle l’Allemagne à son secours, le Reich subit un terrible coup par la déclaration de guerre de la Roumanie (28 août 1916), dont l’intervention aux côtés des Alliés compromet le ravitaillement de l’Allemagne en blé et en pétrole. Cette fois, l’opinion publique, déjà durement touchée par les restrictions consécutives au blocus, s’émeut, et le Kaiser, constatant la faillite de la stratégie d’épuisement de Falkenhayn, le remplace au commandement suprême par la populaire équipe des vainqueurs de l’Est, Hindenburg et Ludendorff (29 août).

Ceux-ci font preuve aussitôt d’une étonnante activité et arrêtent les mesures qu’exige la gravité de la situation militaire. Après avoir imposé à Conrad von Hötzendorf le commandement unique à leur profit des forces de la « Quadruplice » (Allemagne, Autriche-Hongrie, Turquie, Bulgarie), ils décident de passer aussitôt sur la défensive sur le front français ; bien plus, ils en prévoient le raccourcissement par un repli à opérer entre Arras et Soissons qui économisera une quinzaine de divisions. Pour parer au danger venant de Bucarest, ils chargent Falkenhayn, qui n’a pas su conserver le blé roumain, d’aller le reconquérir à la tête d’une nouvelle armée (la IXe), créée le 9 septembre.

En trois mois, ses forces, appuyées par celles de Mackensen, débouchant de Bulgarie, conquièrent la Roumanie jusqu’au Siret, et, le 6 décembre, les Allemands font leur entrée à Bucarest.

  • Guerre au Moyen-Orient et problème arabe

Le Moyen-Orient pendant et après la Première Guerre mondialeLe Moyen-Orient pendant et après la Première Guerre mondiale

Animées par des états-majors allemands, les forces ottomanes s’opposent aux Britanniques en Mésopotamie et en Palestine et aux Russes sur le front du Caucase, où le grand-duc Nicolas a remporté deux brillants succès à Erzurum (janvier) et à Trébizonde (avril).

Pour les Anglais, au contraire, l’année 1916 a été difficile : le 28 avril, en Mésopotamie, la garnison de Kut al-Amara a dû capituler devant les assauts des Turcs, qui, en août, ont lancé un deuxième raid contre Suez. C’est alors que débute, en milieu arabe, l’action du jeune Lawrence d’Arabie, qui, ayant gagné la confiance d’Abdullah et de Faysal, fils d’Husayn, roi du Hedjaz, organise avec eux la libération de la « nation arabe » du joug ottoman. Et cela au moment même où, à l’insu de Lawrence, Paris et Londres concluent en mai un accord partageant l’Empire ottoman en deux zones d’influence politique et économique : l’une, française, incluant la Syrie et le Liban, l’autre, anglaise, comprenant la Palestine, l’Iraq et la Transjordanie (→ accord Sykes-Picot).

Singulière équivoque, qui pèsera lourdement dans les rapports futurs de l’Occident avec l’islam.

  • La situation des belligérants à la fin de 1916

Dans les deux camps, l’année a été très rude, et l’usure des belligérants s’affirme en tous domaines.
Repos dans les abris sur le front occidentalRepos dans les abris sur le front occidental

La Grande-Bretagne, qui entretient maintenant 70 divisions, se voit contrainte, pour la première fois dans son histoire, d’adopter progressivement la conscription. La situation économique y est encore aisée, et, en dépit de la déception que cause à Londres le demi-succès de la bataille navale du Jütland et la menace permanente de la guerre sous-marine, la maîtrise de la mer demeure aux Alliés. En décembre, le cabinet Asquith cède la place au gouvernement d’Union nationale de Lloyd George.

En France, où toute l’année a été vécue sous le signe de Verdun, l’Union sacrée présente des failles, le Parlement s’agite, l’économie s’essouffle et le déficit budgétaire n’est comblé que par les emprunts anglais et américains. En décembre, Joffre est abandonné par Briand, qui choisit Nivelle comme commandant en chef.

En dépit des succès éclatants de Broussilov, la Russie est au bord de la révolution : l’assassinat de Raspoutine (29 décembre) traduit la révolte de la classe nobiliaire et de la bourgeoisie libérale contre l’aveuglement du tsar.

À Vienne, la mort du vieil empereur François-Joseph entraîne l’avènement du jeune Charles Ier, lucide et généreux. Marié à une princesse d’ascendance française, Zita de Bourbon-Parme, il voudrait prendre ses distances vis-à-vis de Berlin, mais se heurte à une situation politique rendue inextricable par le réveil des nationalités qui composent l’ensemble disparate et suranné de la double monarchie.

Quant aux Allemands, qui vivent depuis un an sous le régime de la carte d’alimentation, ils viennent avec Ludendorff de trouver un chef qui s’affirme peu à peu comme le dictateur du IIe Reich. Pour lui, qui juge lucidement la situation difficile de son pays, toute la politique doit désormais être subordonnée au seul impératif de gagner la guerre. C’est dans cet esprit que, au risque de provoquer l’intervention américaine, il se rallie en novembre à la thèse de la guerre sous-marine.

Pour inciter l’adversaire à se dévoiler, Guillaume II, profitant de l’entrée de ses troupes à Bucarest, lance le 12 décembre une offre de paix spectaculaire. Rejetée par les Alliés, elle est relevée par Wilson, qui vient d’être réélu président des États-Unis et qui, en réponse, demande à tous les belligérants de lui faire connaître leurs buts de guerre.

  • La guerre navale de 1914 à 1916

En 1914, la Grande-Bretagne est encore la reine des océans : sa flotte marchande représente 48 % du tonnage mondial, sa marine de guerre surclassera largement sa rivale allemande en tonnage (2,2 millions de tonnes contre 1,05) et en qualité (24 dreadnoughts contre 13). Aussi, sur les mers, dont les belligérants vont découvrir l’importance, l’intervention anglaise confère-t-elle au conflit une dimension mondiale.

Par les combats du cap Coronel et des îles Falkland (novembre-décembre 1914), l’amirauté de Londres, que dirige le vieux lord Fisher, élimine d’abord la marine allemande des mers lointaines (→ bataille navale des Falkland). Dès octobre, elle applique en outre un rigoureux blocus de la mer du Nord, auquel l’amiral allemand Tirpitz réplique en déclenchant la guerre sous-marine. Celle-ci se développe au début de 1915, mais est suspendue en septembre après la protestation américaine qui suit le torpillage du paquebot anglais Lusitania où, le 7 mai, périssent 118 passagers américains.

Avec les Dardanelles, la guerre navale s’est étendue à la Méditerranée, confiée depuis 1914 à la garde de l’armée navale française dont le chef est l’amiral Boué de Lapeyrère . Les sous-marins allemands et autrichiens qui dominent l’Adriatique y mènent la vie dure aux Alliés, dont les bases principales sont celles de Malte, de Moudros (Moúdhros) et de Corfou.

En dehors de leur rencontre fortuite du Dogger Bank (24 janvier 1915), les flottes de haute mer allemande et anglaise ne s’affronteront qu’en 1916, lors de la mémorable bataille navale du Jütland (31 mai-1er 1916). Au cours d’une lutte d’artillerie de douze heures, 100 bâtiments allemands, conduits par les amiraux Reinhard Scheer (1863-1928) et Franz von Hipper (1863-1932), s’attaqueront aux 150 navires de la Grand Fleet britannique de l’amiral Jellicoe, secondé par Beatty. Après avoir coulé 14 bâtiments anglais (112 000 t), Scheer, dont les pertes ne dépassent pas 60 000 t, utilise la nuit pour se dérober.

Succès tactique des Allemands, le Jütland confirmait toutefois l’incapacité de leur flotte à dominer son homologue anglaise. Aussi Scheer en conclut-il que seul l’emploi massif des sous-marins pouvait être décisif pour amener la ruine de la Grande-Bretagne.