Top

Année 1915

  • 1915, la politique reprend ses droits

Au lendemain des hécatombes des Flandres et de Pologne, l’impuissance du facteur opérationnel à résoudre à lui seul les problèmes posés par le conflit s’avère flagrante. Aussi, dans les réactions des belligérants, la politique reprend-elle partout ses droits.

Chez les Allemands, qui, seuls, disposent avec le grand état-major d’une véritable direction de la guerre, l’année va être dominée – outre un souci constant d’organisation économique pour pallier les effets du blocus – par la volonté d’obtenir de gré ou de force une paix séparée avec la Russie.

Chez les trois « grands » de l’Entente, en dépit de l’engagement solennel mais assez négatif de Londres (5 septembre 1914) de ne conclure aucune paix séparée avec l’Allemagne, on ne prendra encore en 1915 que des décisions plus juxtaposées que coordonnées. Elles traduiront la volonté anglaise exprimée par le jeune ministre Churchill de retrouver une stratégie indirecte chère aux Britanniques.

Pour les Français seuls, le problème numéro un demeure celui de la libération du territoire : joint au souci de soulager le front russe, durement pressé, il entraînera sur le front occidental une activité offensive soutenue sans répit malgré de terribles pertes.

Au mois d’avril, l’Entente reçoit cependant un très sérieux renfort : après de nombreuses hésitations, l’Italie déclare le 23 mai la guerre à l’Autriche-Hongrie, qui se voit obligée d’ouvrir un nouveau front à sa frontière des Alpes. Les buts de guerre italiens, dûment enregistrés par l’Entente, sont le rattachement des terres irrédentes (le Trentin et l’Istrie restés sous la domination de l’Autriche-Hongrie en 1866) et du littoral dalmate, mais l’Italie a aussi des visées sur l’Albanie. L’Italie ne rompra avec l’Allemagne que le 27 août 1916.

  • L’effort allemand sur la Russie

« Il est absolument nécessaire d’en venir à une paix séparée avec la Russie », écrit le Kronprinz Frédéric-Guillaume le 6 février 1915 au grand-duc de Hesse, frère de la tsarine. Pour appuyer les démarches allemandes à Petrograd, Falkenhayn, dont le QG passe en avril de Mézières à Pless ([aujourd’hui Pszczyna] Silésie), décide d’engager une grande offensive sur le front des Carpates. Déclenchée le 2 mai à Gorlice par Mackensen, elle conduit en octobre les forces austro-allemandes, après une avance de 200 à 500 km à travers la Pologne, sur une ligne allant des portes de Riga à la frontière roumaine. Les Allemands sont accueillis sans déplaisir, voire très favorablement, par les populations des zones conquises, que ce soient les quatre millions de juifs polonais persécutés par le tsarisme, ou les Ukrainiens, dont ils flattent les aspirations à l’indépendance.

L’avance des troupes ennemies provoque une telle consternation à Petrograd que le tsar Nicolas II prend lui-même la tête de ses armées, tandis que les échos de la conférence socialiste de Zimmerwald, en Suisse, où l’on réclame une paix « sans annexion ni contribution », ont une grande résonance dans la classe ouvrière russe, représentée au congrès par Lénine, Trotski et Georgi Rakovski.

Le plan allemand échoue pourtant devant la fidélité du tsar à ses alliés, qui n’a d’égal que son aveuglement devant la situation intérieure de l’empire. Par trois fois, Nicolas II refuse les propositions de paix allemandes et signe ainsi son arrêt de mort. En décembre, Berlin se décide, « pour faire exploser la coalition de l’Entente », à jouer avec Lénine la carte de la révolution en Russie. Mais, à la grande déception de Falkenhayn, les armées russes sont toujours debout.

  • Les Balkans en guerre : Dardanelles, Serbie, Bulgarie

Après avoir rallié Paris à ses vues, Churchill engage en février une action franco-britannique sur les Détroits ; son but est de tendre la main aux Russes et, en enlevant Constantinople, d’abattre la Turquie, qui vient de faire très peur à Londres en réussissant un raid sur Suez (février 1915). La France et la Grande-Bretagne ont par ailleurs promis secrètement à la Russie le contrôle des deux rives des Détroits en cas de victoire contre les Ottomans. Plus que les attaques turques dans le Caucase et contre les ports de la mer Noire, c’est le blocage des Détroits qui met en difficulté la Russie, l’empêchant d’exporter son blé et de recevoir le ravitaillement allié.

Après l’échec des escadres alliées de l’amiral de Robeck à Çanakkale contre les ouvrages turcs des Dardanelles (mars), des unités franco-anglaises débarquent le 25 avril à Seddülbahir, mais, malgré leurs efforts, ne parviennent pas à déboucher de leur tête de pont. L’opération est un cuisant échec avec la perte de nombreux navires et de 145 000 hommes (→ expédition des Dardanelles).

À la fin de l’été, l’attention des alliés est attirée par les Balkans, où les Allemands réussissent à engager la Bulgarie (14 octobre) à leurs côtés pour liquider la résistance de la Serbie et garantir leur liaison terrestre avec Constantinople.

De plus, la Bulgarie souhaite récupérer la Dobroudja et la Macédoine. L’armée serbe, conduite par le vieux roi Pierre Ier Karadjordjević, doit se replier et, après une mémorable retraite, est recueillie à Durrësi par la marine française. Pour répondre à ce coup de force, une armée alliée d’Orient, confiée à Sarrail, est constituée en octobre à Salonique, où les Franco-Anglais replient leurs unités des Dardanelles, dont ils décident l’évacuation (décembre). Cependant, l’attitude de la Grèce, dont le roi Constantin Ier est le beau-frère de Guillaume II, demeurera longtemps équivoque en dépit des efforts de Venizélos, plusieurs fois Premier ministre durant la période, pour entraîner son pays dans les rangs de l’Entente.

  • Offensives françaises en Artois et en Champagne

La volonté offensive du commandement français, tendue vers la percée du front et la libération du territoire, donne lieu à deux types d’opérations différents. Un peu partout, et notamment dans les Vosges, aux Éparges, en Argonne et dans les Flandres (où les Allemands inaugurent l’emploi des gaz en avril), se déroule une série de combats locaux d’infanterie aussi meurtriers que stériles.

En même temps, de grandes opérations sont conduites par Joffre, d’abord séparément en Champagne (février) et en Artois (mai), puis simultanément sur ces deux secteurs du front lors de la grande offensive du 25 septembre. Le seul résultat tangible de ces actions fut de soulager le front russe en obligeant Falkenhayn à rameuter ses réserves sur le front occidental, où Haig, qui remplace French en décembre, dispose, grâce aux « volontaires » suscités par Kitchener, d’une trentaine de divisions britanniques.

La coopération entre les Alliés a nettement progressé, et la conférence réunie par Joffre en décembre à Chantilly organise la convergence des actions à entreprendre vers l’été de 1916 par les Franco-Anglais sur le front de la Somme et par les Russes sur celui de Pologne. Elle décide en outre la liquidation des colonies allemandes d’Afrique, où seul le territoire de l’Est-Africain (→ Afrique-Orientale allemande) résistera grâce à l’énergie de son chef, le colonel Paul von Lettow-Vorbeck (1870-1964), jusqu’en novembre 1918.

  • Occupation allemande et résistance dans les territoires envahis

C’est en 1915 que s’installe l’occupation allemande dans les territoires occupés de Belgique et de France.

Pour Falkenhayn, ceux-ci doivent être exploités au maximum pour procurer au Reich de l’argent, du ravitaillement et de la main-d’œuvre. Aussi l’administration allemande se fait-elle chaque jour plus tracassière : contrôles incessants, transferts de main-d’œuvre, déportation des suspects, contributions de guerre, confiscation des objets rares (or, cuir, laine), mise en régie des entreprises (mines du Nord, textiles de Roubaix, etc.).

La population supporte mal ce régime d’exception, admirant la « résistance » de ses notables : le cardinal Mercier, archevêque de Malines ; le préfet Trépont et le maire Delesalle à Lille ; le bourgmestre Max à Bruxelles. De nombreux patriotes mènent la lutte contre l’occupant, tels Eugène Jacquet et Léon Trulin, fusillés à Lille, Édith Cavell, dont l’exécution, le 11 octobre 1915, souleva l’indignation du monde, Louise de Bettignies, Léonie Vanhoutte, Louise Thuliez et la princesse de Croÿ, qui rivalisèrent d’héroïsme au service de leur pays.