Top

Année 1918

  • 1918, Le dénouement

L’année s’ouvre par une importante initiative américaine : répondant à l’appel à la paix lancé par Lénine, Wilson précise le 8 janvier 1918 dans son discours au Congrès (8 janvier 1918) les « Quatorze points » qui doivent à son avis servir de base à l’ordre nouveau.

Précédés de principes de droit international (liberté des mers, réduction des armements, etc.), ils abordent ensuite les problèmes cruciaux tels que la restitution de l’Alsace-Lorraine, l’indépendance de la Belgique, la résurrection de la Pologne, l’autonomie des peuples d’Autriche-Hongrie.

Ce programme fera choc et indique de quel poids pèsent déjà les États-Unis, alors que leur présence militaire est encore quasiment nulle dans le camp des Alliés. Chez ces derniers, qui souffrent d’une grave crise d’effectifs, l’organisation d’un commandement unique se limite à celle d’un comité exécutif dirigé à Versailles par Foch (1er février) et chargé de préparer les décisions des gouvernements.

  • L’aventure allemande en Russie

Conscient de la précarité de la situation économique du Reich, qui impose une décision à court terme, Ludendorff entend l’emporter par une action militaire massive conduite avec le renfort des 700 000 hommes transférés du front de l’Est sur celui de France. Menée à base d’artillerie lourde et d’obus à gaz sous forme de coups de boutoir successifs, elle doit faire éclater le front occidental avant l’arrivée des forces américaines, c’est-à-dire avant l’été de 1918. Le calendrier étant impératif, Ludendorff presse les politiques, conduits par le ministre des Affaires étrangères Richard von Kühlmann, de conclure au plus vite la paix avec la Russie.

L’entreprise se révèle difficile, car, dans les négociations de Brest-Litovsk, les Russes, dirigés par Trotski, résistent aux exigences allemandes. Le 9 février, les Allemands imposent un traité distinct à l’Ukraine, qui la sépare de la Russie. Toutefois, il faudra une nouvelle action militaire qui, à partir du 19 février, portera les armées allemandes à Narva (135 km de Moscou), à Pinsk et à Kiev pour contraindre Lénine à signer le 3 mars le terrible traité de Brest-Litovsk (il arrache à la Russie 60 millions d’habitants et 25 % de son territoire). La Courlande et l’ensemble de la zone balte tombent sous influence allemande, ainsi que le nouvel État ukrainien, tandis que les deux Empires centraux se partagent la tutelle de la Pologne.

En mai, la Roumanie doit accepter la paix allemande de Bucarest, tandis que, forgeant des plans grandioses d’exploitation économique de l’Ukraine, les Allemands étendent leur occupation à Odessa, à Kharkov et à Rostov-sur-le-Don (7 mai). Attirés ensuite par les richesses du Caucase, ils s’engagent dans une folle aventure, encouragent la Géorgie à se proclamer indépendante (26 mai) et poussent jusqu’à Tbilissi. « Quelle importance, écrit Guillaume II le 8 juin, si nous réussissons à placer le Caucase sous notre influence, comme porte vers l’Asie centrale et menace vers la position anglaise des Indes ! » Singulière démesure qui absorbera jusqu’à la fin de la guerre une trentaine de divisions qui, fort heureusement pour les Alliés, manqueront à Ludendorff sur le front français.

  • Coups de boutoir de Ludendorff sur le front français (mars-juillet 1918)

Le 21 mars, 6 200 canons allemands ouvrent le feu à 4 h 40 sur le front de 60 km tenu par les armées Below, Marwitz et Hutier entre Arras et l’Oise. À 9 h 40, l’infanterie en petites colonnes, appuyée par 1 000 avions de combat, s’élance derrière le barrage roulant. Le secteur, tenu par les IIIe (Byng) et Ve (Gough) armées de Haig, a été judicieusement choisi : l’objectif de Ludendorff (qui sera repris en 1940) est d’« enrouler » l’aile droite des Anglais pour les rejeter à la mer en se couvrant seulement au sud vis-à-vis des Français, dont le front commence à l’Oise.

En 48 heures, l’armée Gough est submergée, tandis que, pour ébranler le moral de l’arrière, Paris reçoit le 23 les premiers obus de la Bertha. La veille, Pétain a engagé ses réserves sur l’Oise au secours des Anglais, mais, l’avance allemande se poursuivant vers Montdidier, les Français ont tendance à couvrir Paris, alors que les Anglais se replient sur Amiens et les ports : une brèche de 20 km s’ouvre entre les armées alliées. La situation est grave ; aussi, le 26, les envoyés de Lloyd George et Clemenceau confient-ils, à Doullens, le commandement suprême à Foch, dont l’autorité s’impose aussitôt à Haig et à Pétain.
Chemin des Dames, 1917Chemin des Dames, 1917

Trente divisions françaises aux ordres de Fayolle sont acheminées entre Oise et Somme : l’avance allemande est bloquée, et Amiens, objectif immédiat de l’ennemi, est sauvé. Le 5 avril, Ludendorff suspend l’offensive de Picardie, mais, dès le 9, porte un nouveau et terrible coup aux Anglais sur la Lys, qui est aussitôt paré par Foch grâce à l’intervention des Français au mont Kemmel.

Pour fixer une bonne fois les réserves de Pétain, Ludendorff décide alors, avant d’en finir avec les Anglais dans les Flandres, de porter un grand coup sur le front français du Chemin des Dames. L’assaut qui lui est donné le 27 mai est encore une brillante victoire pour les Allemands, qui, en quatre jours, atteignent la Marne à Château-Thierry, à 70 km de Paris. Pour élargir son action, que Micheler, Maistre et Degoutte freinent sur les monts de Champagne et dans la forêt de Villers-Cotterêts, Ludendorff attaque le 9 juin sur le Matz, où il est stoppé par une soudaine contre-offensive de Mangin, qui sauve Compiègne.

Grâce à l’étonnante activité de Clemenceau, qui se prodigue aux armées autant qu’à Paris, et à la solidité du commandement français, qu’animent les fortes personnalités de Foch et de Pétain, la France tient bon. Aussi, lorsque, le 15 juillet, Ludendorff lance son ultime assaut de part et d’autre de Reims, ses troupes sont aussitôt arrêtées par le remarquable dispositif défensif organisé par la IVe armée Gouraud) en Champagne (→ batailles de Champagne, bataille de Château-Thierry).

  • La victoire de Foch (juillet-novembre)

18 juillet : alors que les Allemands cherchent en vain à progresser au sud de Dormans, 27 divisions des armées Mangin et Degoutte, appuyées par 500 chars et 800 avions, débouchent de la forêt de Villers-Cotterêts. Chez les Allemands, la surprise est totale, et, dès le 3 août, la poche de Château-Thierry est entièrement résorbée. La guerre, cette fois, vient de changer de signe, la chance de Ludendorff est révolue ; c’est à Foch qu’appartient désormais l’initiative des opérations. Il en a les pouvoirs (son autorité confirmée le 16 avril s’étend depuis le 2 mai au front italien) et les moyens. Les forces américaines, dont la 1re division a débarqué en France à la fin de juillet 1917 et qui atteignent maintenant 16 divisions, sont rassemblées le 10 août en une Ire armée commandée par Pershing, qui reçoit l’appoint de 3 000 canons, 500 avions et 200 chars français.

Le 24 juillet, Foch s’est décidé à passer partout à l’offensive : le 8 août, une puissante attaque est déclenchée par Haig (aidé de Debeney) sur la poche de Montdidier. Pour la première fois, l’armée allemande fait preuve d’une telle lassitude que Ludendorff, constatant la faillite de son plan, déclare aux ministres allemands stupéfaits qu’une décision militaire est devenue désormais impossible et qu’il faut « terminer la guerre au plus tôt ».

Mais, devant l’ampleur du succès de Haig, Foch engage par sa directive du 3 septembre la totalité de ses forces de la mer du Nord à la Meuse. Le 12, les Américains attaquent à Saint-Mihiel et, à la fin du mois, trois grandes offensives sont déclenchées :
– le 26 par Gouraud et Pershing en Champagne et en Argonne,
– le 27 par Haig entre Lens et La Fère à l’assaut de la position fortifiée allemande (ligne Siegfried, → ligne Hindenburg),
– le 28 par le groupe d’armées des Flandres que commande le roi des Belges Albert Ier en direction de Bruges et de Courtrai.

Au début d’octobre, tandis que la brillante victoire de Franchet d’Espèrey provoque la capitulation de la Bulgarie, la décision militaire est pratiquement acquise sur le front français, où Foch dispose maintenant de 212 divisions alliées face aux 180 de Hindenburg. Le 9 octobre, les Canadiens libèrent Cambrai, et, le 17, les Anglais sont à Lille ; le 25, le roi Albert Ier entre à Bruges, tandis que les Allemands s’accrochent encore à leur ligne Hunding, qui est forcée par Mangin, Guillaumat et Gouraud en liaison avec les Américains.

Dans les premiers jours de novembre, l’Escaut est franchi entre Gand et Tournai, les Alliés dépassent Valenciennes, Maubeuge et Stenay. Pour les Allemands, qui ont reculé de 100 à 200 km, la catastrophe est imminente, et la grande offensive préparée par Castelnau avec Mangin en Lorraine est devancée par l’armistice, signé le 11 novembre à Rethondes par les délégués de Hindenburg et du maréchal Foch (→ armistice de Rethondes).

  • Victoires alliées dans les Balkans, au Moyen-Orient et en Italie

Dans les deux camps, la primauté du front français, où se joue l’ultime décision de la guerre, laisse d’abord peu de place aux fronts extérieurs dans les préoccupations des belligérants. Tout changera quand, au cours de l’été, le fléau de la balance aura penché définitivement du côté des Alliés, qui chercheront alors à relancer les fronts extérieurs pour accélérer leur victoire et garantir leurs positions politiques et économiques.

Dans les Balkans, Guillaumat, qui a remplacé Sarrail à Noël 1917, se consacre à la réorganisation des forces assez disparates des armées alliées d’Orient. Rappelé en France après la percée allemande du Chemin des Dames pour diriger la défense de Paris, il a pour successeur Franchet d’Espèrey, qui, dès son arrivée le 19 juin, prépare l’offensive dont il attend la rupture du front germano-bulgare. Déclenchée le 15 septembre au Dobro Polje, elle contraint les Bulgares à déposer les armes dès le 29. Exploitant aussitôt sa victoire, Franchet d’Espèrey lance ses troupes sur Sofia, occupée le 16 octobre, Belgrade, où les Serbes font leur rentrée triomphale le 1er novembre. L’Autriche et l’Allemagne du Sud sont menacées, tandis que Berthelot, qui avait été le chef de la mission française en Roumanie, fonce sur Bucarest, qu’il atteint le 1er décembre (→ campagnes de Macédoine).

Alors que Clemenceau ne croyait guère à la valeur stratégique des Balkans, Lloyd George était au contraire convaincu de celle du Moyen-Orient, où il entendait assurer à son pays une solide position politique et économique. Aussi a-t-il consacré à ce théâtre d’importants moyens militaires. Ils permettent aux Anglais de relayer en Iran la présence russe défaillante et de tenter en outre un raid sur Bakou. Mais l’essentiel de ces forces est confié en Palestine au général Allenby, qui, le 19 septembre, bouscule les troupes germano-turques de Liman von Sanders. Un détachement français entre à Beyrouth le 7 octobre, et, le 25, les Britanniques sont à Alep. Le 1er octobre, les Arabes de Faysal et de Lawrence avaient libéré Damas, où Husayn s’était proclamé « roi des pays arabes », tandis que les forces de Mésopotamie fonçaient vers le nord et entraient à Mossoul le 4 novembre. Depuis cinq jours, le feu avait cessé sur les fronts du Moyen-Orient. Dans un immense désarroi, le gouvernement turc venait, en effet, d’obtenir un armistice qui avait été signé le 30 octobre par les seuls Britanniques « au nom des Alliés » dans la rade de Moudros (ou Moúdhros). Le 13 novembre, une escadre alliée arrivait à Istanbul.

En Italie, enfin, où la défaite de Caporetto avait finalement donné un coup de fouet au pays, un immense effort de redressement moral, économique et militaire a été accompli. En juin, Diaz repousse brillamment une offensive autrichienne sur la Piave, mais attend son heure pour frapper le grand coup que lui demande Foch avec insistance.

L’édifice disparate de l’armée austro-hongroise, dont les diverses nationalités sont en train de proclamer leur indépendance, donne des signes certains de désagrégation. Le 20 octobre, les Hongrois se mutinent dans le Valsugana ; le 24, Diaz lance son offensive sur Vittorio Veneto ; le 3 novembre, les Italiens sont à Trente et à Trieste. Dans la soirée du même jour, un armistice est signé par les Autrichiens dans la villa Giusti, près de Padoue ; le 25 octobre, la Hongrie avait réclamé son indépendance, c’est-à-dire la rupture avec Vienne.

  • L’effondrement du IIe Reich

Le 14 août, au conseil de la Couronne de Spa, la faillite de la politique allemande était apparue au grand jour. À l’échec militaire de Ludendorff s’ajoutait maintenant la menace – devenue réalité le 29 septembre pour les Bulgares – de l’effondrement des alliés de l’Allemagne. Le 3 octobre, Guillaume II remplace le chancelier Georg von Hertling par le prince Maximilien de Bade, qui prend aussitôt contact avec Wilson pour tenter d’obtenir sa médiation sur la base des Quatorze points. Après plusieurs échanges de notes, Wilson signifie le 23 octobre à Berlin son désir de traiter avec un pouvoir « démocratique ».

Dès lors, la situation politique va se dégrader très rapidement. Le 26, Ludendorff est congédié et remplacé par le général Groener ; le 3 novembre éclatent à Kiel les premières mutineries de la flotte, qui se propagent à Hambourg, à Cologne et à Berlin (→ spartakisme). Le 7, la république est proclamée à Munich. La veille, à la demande instante de Hindenburg, une délégation d’armistice avait quitté Berlin ; elle franchit les lignes françaises le 8 et signe le 11 l’armistice à Rethondes. Entre-temps, Guillaume II avait abdiqué, et la république avait été proclamée à Berlin par Scheidemann, tandis que Maximilien de Bade transmettait ses pouvoirs à Ebert.

La fin politique du IIe Reich était consommée, et les conditions imposées par Foch pour l’arrêt provisoire des hostilités étaient sévères. Dans les 15 jours, les Allemands devaient évacuer les territoires envahis et l’Alsace-Lorraine ; dans les 31 jours, la rive gauche du Rhin ainsi que Cologne, Coblence et Mayence, avec une tête de pont de 30 km sur la rive droite de ces villes. Les traités de Brest-Litovsk et de Bucarest sont annulés, l’Afrique-Orientale allemande sera évacuée, les troupes allemandes qui sont en Russie regagneront le Reich quand les Alliés jugeront le moment venu, « compte tenu de la situation de ce territoire ». Tous les sous-marins seront livrés aux Alliés, la flotte de haute mer sera internée à Scapa Flow (où elle se sabordera le 21 juin 1919) ; le blocus naval et économique sera maintenu, les Alliés envisageant de ravitailler l’Allemagne « dans la mesure reconnue nécessaire ».

Conclu pour 36 jours, l’armistice du 11 novembre sera renouvelé trois fois jusqu’à l’établissement de la paix. Entre-temps, l’Empire austro-hongrois s’est effondré sous les coups des mouvements nationalistes. À la fin de 1918 et au début de 1919, ils triomphent à Prague avec Masaryk et Beneš, fondateurs de la Tchécoslovaquie, à Belgrade, où naît le royaume des Serbes, Croates et Slovènes (future Yougoslavie). À Varsovie, l’effondrement de l’Allemagne et de l’Autriche, l’absence de la Russie permettent à la Pologne de ressusciter. Seuls subsistent de la double monarchie les deux petits États de Hongrie et d’Autriche, celui-ci tellement amoindri que l’Assemblée de Vienne a demandé le 12 novembre 1918 son rattachement à l’Allemagne.

La conférence de la Paix, ouverte à Paris le 18 janvier 1919 devant les représentants de 27 nations alliées ou associées, aura fort à faire pour remodeler la carte d’une Europe exsangue et ruinée. Elle sera définie par les traités de paix, dont le premier et le plus important sera signé avec l’Allemagne à Versailles le 28 juin 1919.