Top

Année 1914

  • La bataille des frontières (août 1914)

Après avoir résisté pendant 10 jours, du 6 au 16 août, Liège (→ camp retranché de Liège) tombe entre les mains des Allemands, qui entament le 14 la marche en avant de leurs deux armées d’aile droite, commandées par Kluck et Karl von Bülow. Le 20, ils sont à Bruxelles, à Namur et à Neufchâteau, tandis que les Belges se replient sur Anvers.
Entrée des troupes allemandes à Amiens le 31 août 1914Entrée des troupes allemandes à Amiens le 31 août 1914

Au même moment, de terribles combats s’engagent en Alsace, où les Français atteignent Mulhouse ; en Lorraine, où Castelnau et Foch doivent renoncer à Morhange, mais résistent victorieusement en avant de Nancy et, enfin, dans les Ardennes, où, le 22 août, Français et Allemands se heurtent en aveugles dans les sanglantes batailles de rencontre de Neufchâteau et de Virton.

C’est pourtant en Belgique que se joue l’action principale. Sourd aux appels du général Lanrezac, qui seul voit clair dans le jeu allemand, Joffre tarde à porter sa Ve armée sur la Sambre. Elle y parvient seulement le 22, pour se faire bousculer à Charleroi (→ bataille de Charleroi) par les forces conjuguées de Kluck, de Bülow et de Hausen, tandis que French essuie un grave échec à Mons. Le 25, Joffre lance son ordre de repli général sur la Somme et l’Aisne.

  • Septembre 1914 : échec à l’ouest du plan de guerre allemand

À la fin du mois, l’euphorie règne à Berlin : « L’ennemi en pleine retraite n’est plus capable d’offrir une résistance sérieuse », proclame le communiqué allemand du 27 août. Le 9 septembre, le projet de traité de paix, qui prévoit l’organisation d’une Europe allemande, est approuvé par le chancelier Bethmann-Hollweg.

Mais, alors que le commandant en chef allemand Moltke croit tenir la décision, les Français vont redresser la situation. Joffre et le commandant britannique French profitent d’une initiative hasardeuse de l’aile droite allemande du général Kluck (négligeant Paris, elle cherche à couper la retraite de l’armée française, présentant ainsi le flanc à l’armée couvrant la capitale) pour lancer une contre-offensive : c’est la fameuse bataille de la Marne (24 août-13 septembre), où, après plusieurs jours de combats acharnés, le général en chef allemand Moltke est contraint d’ordonner un repli général, qui reporte le front 70 km plus au nord, sur l’Aisne, et entérine l’échec du plan de bataille allemand.

  • Tannenberg et les fronts orientaux

Alarmé le 21 août par les appels au secours de von Prittwitz, qui doit reculer en Prusse-Orientale sous la violence des attaques russes de Rennenkampf, Moltke doit y dépêcher deux corps. Il confie la direction du front de l’est au général Hindenburg, auquel il donne Ludendorff comme adjoint. Ceux-ci brisent aussitôt l’effort des armées russes en détruisant celle de Samsonov dans la mémorable bataille de Tannenberg (26 août).

Au sud, toutefois, la brillante offensive du grand-duc Nicolas chasse les Autrichiens de Lvov (3 septembre) et les refoule sur la frontière allemande de Silésie, qui ne sera dégagée que par une nouvelle et remarquable contre-offensive de Hindenburg et de Mackensen sur Łódź (novembre). Plus au sud encore, les Autrichiens subissent un grave échec en Serbie, où la petite armée du voïvode Radomir Putnik réussit à rentrer victorieuse à Belgrade le 13 décembre.

  • Noël 1914, une guerre d’un type entièrement nouveau

À la fin de 1914, le conflit prend un visage réellement imprévu ; tous les plans des états-majors se sont effondrés et, pour chacun, tout est à recommencer.

C’est chez les Allemands que la déception a été la plus vive, entraînant dès le 14 septembre le remplacement de Moltke à la direction suprême de l’armée par le jeune ministre de la guerre prussien, le général Erich von Falkenhayn (1861-1922). Ce dernier cherche, en reportant ses forces vers l’ouest, à déborder de nouveau l’aile gauche française au-delà de Compiègne. Mais, cette fois, Joffre répond aussitôt à sa manœuvre en transférant des forces de Lorraine en Picardie et en Artois , où, en octobre, se constitue un front, prolongé bientôt jusqu’à la mer (→ batailles de l’Artois).

En novembre, Falkenhayn tente un suprême effort sur Calais, qui échoue au cours de la sanglante mêlée des Flandres, où Foch coordonne l’action des forces britanniques, belges (repliées d’Anvers) et françaises (→ la Course à la mer, bataille de l’Yser, batailles d’Ypres). Dans les deux camps, les munitions manquent, et un front continu s’établit dans les tranchées sur 750 km, de Nieuport à la frontière suisse…

Deux belligérants nouveaux sont entrés en lice : dès le 23 août, le Japon s’engage aux côtés des Alliés avec la volonté d’affirmer sa situation en Extrême-Orient. Au cours de l’été, en dépit de l’arrivée des croiseurs allemands Goeben et Breslau dès le 10 août à Constantinople, la Turquie hésite encore et ne rompra avec les Alliés que le 3 novembre.

Sur le plan militaire, tout est donc à repenser, mais le premier souci des belligérants est alors de « durer » en remettant en marche administrations et industries de guerre pour permettre aux populations de vivre et aux armées de combattre.

Si l’Allemagne, qui a définitivement écarté l’invasion de son territoire, bénéficie de l’organisation moderne et puissante de son économie, la France se trouve au contraire gravement handicapée : ses départements les plus riches sont envahis par l’ennemi et soumis à un très rude régime d’occupation ; leur potentiel représente 95 hauts-fourneaux sur 123, 90 p. 100 du minerai de fer et 40 p. 100 du charbon français…

Quant aux Anglais, ils découvrent avec le ministre de la Guerre Kitchener que leur engagement militaire les entraînera beaucoup plus loin qu’ils ne le pensaient, mais ils fondent tous leurs espoirs sur le contrôle de la liberté des mers, qu’ils viennent de rétablir à leur profit et qui leur permet de jouer désormais à fond l’arme du blocus.